Le billet de concert devient un produit de luxe?

Les arts autres que la musique : cinéma, littérature, expositions, etc.

Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar VIOLATION » 02 Jan 2020, 14:53

Croisons les doigts que lors de la prochaine tournée de dM, les prix resteront "raisonnable" :

https://bfmbusiness.bfmtv.com/entrepris ... 1577604866
Memento Mori World Tour 2023/2024
Anvers 20 mai 2023 Bloc 147
Lille 22 juin 2023 Bloc B03
Anvers 6 Février 2024 Bloc 153

Ma collection de bootlegs :https://www.depechemodebootlegs.fr/
Avatar de l’utilisateur
VIOLATION
 
Messages: 14491
Inscription: 02 Juil 2002, 19:55
Localisation: Lille (59)

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar DM86 » 05 Jan 2020, 14:03

Ce qui m'agace dans tout ça c'est qu'on paye à cause des téléchargements illégaux qui pour le coup font baisser les ventes des disques et du coup le revenu des artistes. Il devrait y avoir des tarifs préférentiels pour ceux qui justifient d'achats légaux. Pas évident à mettre en place, je sais...
Paris 7/5/86, 16/11/87, 21/10/90, 29/6/93, 7/10/98, 9+10/10/01, 28/4/03 (M Gore), 4/7/03+20/11/03 (D Gahan), 21+22/2/06, 27/6/09, 19+20/1/10, 23/4/10 (Recoil), 15/6/13, 29+31/1/14, 02/11/15 (Soulsavers), 1/7/17, 3+5/12/17, 10/12/21 (Soulsavers), 24/6/23,
DM86
 
Messages: 582
Inscription: 05 Sep 2011, 12:45

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar FABIENNE » 05 Jan 2020, 15:55

Quand je vois les billets de A-ha que j'adore mais qui ont quand même moins de succès en France que Dm j'Hallucine. Indochine a compris bien des choses et pour çà je les félicite.
Avatar de l’utilisateur
FABIENNE
 
Messages: 2892
Inscription: 01 Mai 2007, 21:20
Localisation: Bonneuil sur Marne, VDM. FRANCE

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar Ghadzoeux » 05 Jan 2020, 22:27

DM86 a écrit:Ce qui m'agace dans tout ça c'est qu'on paye à cause des téléchargements illégaux qui pour le coup font baisser les ventes des disques et du coup le revenu des artistes. Il devrait y avoir des tarifs préférentiels pour ceux qui justifient d'achats légaux. Pas évident à mettre en place, je sais...

Mouais, ça c'est à mi-chemin entre la légende urbaine (le marché du vinyl ne s'est jamais aussi bien porté et a même dépassé celui du CD je crois) et la propagande des maisons de disque. C'est surtout qu'aujourd'hui c'est le produit sur lequel ils doivent marger à fond. Après le souci du streaming et sa rémunération est plus un problème pour les petits artistes que les gros.
Image
Avatar de l’utilisateur
Ghadzoeux
 
Messages: 2751
Inscription: 22 Fév 2006, 09:22
Localisation: Reims

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar night to fall » 06 Jan 2020, 00:15

Ghadzoeux a écrit:Mouais, ça c'est à mi-chemin entre la légende urbaine (le marché du vinyl ne s'est jamais aussi bien porté et a même dépassé celui du CD je crois)


Le vinyle c'est 20% du marché physique, c'est bien, mais encore loin du CD...
Memento Memori été : Amsterdam - Anvers - Lille - Paris - Milan - Bologne
Memento Memori hiver : Londres - Anvers - Paris I- Paris II
Avatar de l’utilisateur
night to fall
 
Messages: 3608
Inscription: 25 Sep 2005, 20:35

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar Ghadzoeux » 06 Jan 2020, 07:55

night to fall a écrit:
Ghadzoeux a écrit:Mouais, ça c'est à mi-chemin entre la légende urbaine (le marché du vinyl ne s'est jamais aussi bien porté et a même dépassé celui du CD je crois)


Le vinyle c'est 20% du marché physique, c'est bien, mais encore loin du CD...

Il faut que je retrouve la news mais j'ai lu quelque chose approchant le mois dernier.

Voilà : https://www.rollingstone.com/music/musi ... aa-880959/
Ce n'est pas en terme d'unités vendues mais en terme de revenus générés.
Image
Avatar de l’utilisateur
Ghadzoeux
 
Messages: 2751
Inscription: 22 Fév 2006, 09:22
Localisation: Reims

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar Ghadzoeux » 19 Avr 2021, 09:50

Le dernier en date pour ma part, c'était le 21 février 2020, Liam Gallagher, et ça me manque beaucoup aussi. Je compense en en regardant sur Youtube ou autre, j'ai cédé aux sirènes du concert de Nick Cave online payant notamment. Et je ne suis pas sûr qu'on en verra même cet été.
Image
Avatar de l’utilisateur
Ghadzoeux
 
Messages: 2751
Inscription: 22 Fév 2006, 09:22
Localisation: Reims

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar dave1er » 17 Mar 2023, 22:37

Un article du Monde sur les cachets des artistes en festival

La flambée des cachets fait pâlir les festivals de musique
Les programmateurs doivent faire face aux prix stratosphériques pratiqués par les stars, qui répercutent une hausse des coûts de production des concerts, et à la concurrence exacerbée avec les autres manifestations.

Par Nicole Vulser
Publié aujourd’hui à 05h45, mis à jour à 06h19


Avec les discussions sur le montant stratosphérique des cachets, l’effervescence était palpable à l’International Live Music Conference, qui s’est achevée le 3 mars à Londres, au Royal Lancaster Hotel. Au cours de ce rendez-vous annuel où s’organisent les tournées musicales, plus de 1 200 agents, manageurs d’artistes, producteurs, tourneurs, responsables des programmations de festivals ou de salles de concerts du monde entier ont négocié ferme.

Il y a de quoi. Depuis la fin de la pandémie de Covid-19, la cote des artistes en concert explose. Surtout celle des plus capés. Stromae a rempli en un clin d’œil le Madison Square Garden de New York pour deux soirs, fin novembre 2022. Les billets pour Bruce Springsteen, attendu à la mi-mai à La Défense Arena de Nanterre, sont partis en quelques heures. Idem pour le concert de Beyoncé, fin mai au Stade de France… A 76 ans, Michel Sardou a aussi écoulé en moins d’une demi-journée 100 000 billets pour son retour sur scène fin 2023-début 2024. La loi de l’offre et de la demande génère une inflation, rarement égalée, des cachets des plus grandes stars de la musique.

Il faut se souvenir de l’émoi qu’avait suscité ce même Bruce Springsteen aux Vieilles Charrues, le 16 juillet 2009, quand, pour la première fois en France, le cachet versé pour un concert avait franchi le cap du million d’euros… Même si les professionnels répugnent à divulguer le montant des contrats, Jules Frutos, cogérant d’Alias Production, affirme qu’il est devenu impossible d’avoir « un artiste anglo-saxon au-dessous de 700 000 euros ou de 750 000 euros pour un concert », sans cacher que « la barre du million d’euros est très souvent dépassée ».

Au moins 1,5 million d’euros pour Billie Eilish

Lui qui représente The Cure, dont les premiers succès remontent aux années 1980, « s’aligne sur le marché ». Le prix de la prestation sur scène de ce groupe de rock britannique originaire de Crawley (Sussex) passera, dit-il, « de 500 000 euros en 2022 à 700 000 euros en 2024 ». La toute jeune Américaine Billie Eilish, qui comptait déjà huit singles d’or et vingt-deux de platine en décembre 2020, à l’âge de 19 ans, devrait toucher au moins 1,5 million d’euros pour son concert à Rock en Seine, dans le domaine national de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), le 23 août.
« Les prix poussaient à la hausse déjà avant le Covid. Depuis, le phénomène a empiré », souligne Julien Catala, PDG de l’agence Super !, qui représente trois cents artistes internationaux, dont Caroline Polachek.


Pendant les deux ans de pandémie, les tournées se sont arrêtées net, les artistes n’ont quasiment rien touché, puisque les revenus des ventes de CD s’étiolent inexorablement depuis le début des années 2000. Et seule une poignée de stars gagne vraiment très bien sa vie grâce au streaming. D’où ce retour en grâce des concerts et des tournées qui, depuis une douzaine d’années, sont devenus vitaux pour les artistes, en France et ailleurs.

Dès la fin de la parenthèse sanitaire, l’offre a donc rapidement refleuri, et la demande a suivi. Le nombre de concerts de musiques actuelles et de variétés en France avait déjà augmenté de 48 % entre 2010 et 2019, pour franchir le cap de 65 000 par an. Au niveau mondial, la banque d’investissement Goldman Sachs prévoyait, en juin 2022, que le marché du live allait s’envoler et passer de 29,1 milliards de dollars (27,6 milliards d’euros) cette année à plus de 38 milliards de dollars en 2030. « Ça bouchonne, le public a envie de sortir, les artistes français ont repris et les internationaux reviennent », témoigne Arnaud Millard, directeur de la programmation et des événements de l’Accor Arena, à Paris.

Taylor Swift touche le pactole

Ce rebond alimente une inflation des prix des spectacles et, sans surprise, le climat des affaires se tend. « Les agents anglo-saxons ne sont pas faciles-faciles, constate Julien Catala. Ils mettent beaucoup moins d’affect que les Français dans la défense de leurs artistes. » Tendance lourde, les chanteurs et les musiciens, longtemps entourés de vieux copains, sont désormais cornaqués par une équipe bien plus étoffée, qui compte producteur, manageur, tourneur, agent, avocat, voire fiscaliste…
En 2020, toujours selon les analyses de Goldman Sachs, les concerts représentaient entre 33 % et 66 % du revenu des artistes dans leurs années de tournée. Cet engouement pour la scène s’explique aussi par la part du pactole qui leur revient, bien plus importante pour ces manifestations (plus de 60 % du revenu généré, et même jusqu’à 91 % pour Taylor Swift) que pour la musique enregistrée (17 % de la vente des CD).

Comment se définissent alors les barèmes dans ce marché de plus en plus mondialisé ? L’explosion de la cote d’un artiste suit au minimum la même trajectoire que sa notoriété.

Le groupe de rock indépendant britannique Franz Ferdinand a été payé 12 000 euros pour son premier concert aux Nuits de Fourvière, à Lyon, en 2004, avant de jouer aujourd’hui dans la cour des grands et de prendre un cachet nettement plus élevé. Autre exemple, Pomme, inconnue voici quatre ans, a vu sa cote s’accroître en très peu de temps.

Phénomène spéculatif

Un faisceau de critères entre en jeu. Qu’il s’agisse du nombre de followers sur les réseaux sociaux, TikTok en tête, des millions de streams comptabilisés sur les plates-formes Spotify, Deezer ou, très concrètement, de la capacité à occuper certaines salles.

Dominique Delorme, à la tête des Nuits de Fourvière, sait pertinemment que, « à partir du moment où un artiste remplit l’Accor Arena de Paris, sa cote explosera, et cela deviendra très difficile de le faire jouer » dans un théâtre gallo-romain lyonnais de 4 200 places…

Le côté très moutonnier des festivals qui veulent tous programmer les mêmes artistes – Angèle, Clara Luciani, Juliette Armanet ou Orelsan pour l’été 2022, et Zola, Lomepal ou Niska en 2023 – contribue à faire gonfler les prix. « C’est un peu le cirque Pinder, avec les mêmes artistes qui font le tour de France », lance Christian Allex, chargé de la programmation du Cabaret vert, à Charleville-Mézières. Lui assure chercher à se différencier en mettant à l’affiche Ashnikko, la rappeuse trashy aux cheveux bleus, qu’il paiera 50 000 euros, ou encore l’artiste soul américaine Fousheé.
Entre 2017 et 2023, le prix des cachets pour organiser une journée du festival We Love Green a quasiment triplé, passant de 450 000 euros à 1,2 million d’euros

Pour autant, le marché entre-t-il dans une bulle financière qui pourrait lui être fatale ? Pour Aurélie Hannedouche, directrice du syndicat des musiques actuelles, l’inflation des cachets alimente effectivement un phénomène spéculatif.

« C’est la course à l’échalote. Pour une tête d’affiche française dans un festival, il faut désormais débourser 150 000 euros, sans quoi vous n’avez rien », affirme-t-elle en évoquant Orelsan ou Lomepal. Les stars internationales sont devenues inaccessibles, tranche-t-elle, et « ça flambe considérablement aussi dans l’électro et le rap ».

En revanche, selon Marie Sabot, qui dirige le festival parisien We Love Green, « nous sommes dans un processus capitalistique exacerbé mais classique d’offre et de demande. Désormais, les artistes, exactement comme les œuvres d’art, s’achètent aux enchères ». Pas de bulle donc, même si la directrice admet que, entre 2017 et 2023, le prix des cachets pour organiser une journée de son festival a quasiment triplé, passant de 450 000 euros à 1,2 million d’euros. Ce qui l’empêche de programmer de très grands rappeurs américains, par exemple. « Il y a quelques années, les principaux agents prenaient en compte le critère du projet du festival. Aujourd’hui, pour eux, le critère numéro un, c’est le prix », déplore-t-elle.

Pénuries d’approvisionnement.

Angelo Gopee, directeur général de Live Nation France, ne dit pas autre chose. « En France, nous n’avons pas de quoi payer » les très grandes stars dans les festivals, admet-il. Selon lui, ce sont les productions dans leur ensemble qui deviennent de plus en plus onéreuses. Il cite la hausse impressionnante des coûts de tous les prestataires, qu’il s’agisse des transports – la location des autocars, des semi-remorques –, de la sécurité, des techniciens de plus en plus difficiles à trouver, des sons et lumières, du plateau…

Ce renchérissement des frais va de pair avec des pénuries d’approvisionnement de certains matériaux, ajoute Arnaud Meersseman, directeur général d’AEG France. La production des spectacles elle-même, beaucoup plus ambitieuse dans le domaine de la vidéo par exemple, alourdit encore la facture. « Un concert doit être un art total, un spectacle exceptionnel. La musique ne suffit plus aujourd’hui », reprend le directeur général de Corida, Olivier Darbois, également président du Prodiss (le syndicat national du spectacle musical et de variété). Ce qui explique les dépenses de plus en plus élevées de chaque concert.

Tout ne va donc pas dans la poche des interprètes ou des musiciens. « Dire que les artistes se gavent ? Non. Que certains aient pété les plombs et appuient sur l’accélérateur de façon éhontée ? Oui », tempère Olivier Darbois. « On voit des choses irréalistes dans la musique aujourd’hui, avec des prix multipliés par dix d’une année sur l’autre, ce qu’on ne verrait ni dans le cinéma ni même dans le foot », renchérit Christian Allex, qui se refuse toutefois à donner un exemple.

Concurrence féroce

La concurrence avec les très grands festivals en Europe (Espagne, Norvège, Pologne, Pays-Bas, pays de l’Est, mais aussi Royaume-Uni) devient plus abrasive. Le processus est très rodé : les agents récoltent toutes les offres proposées pour organiser la tournée de leur artiste dans les festivals d’été en Europe. Ce qui se réduit souvent à cinq ou six week-ends possibles. « Sans surprise, ils sélectionnent les propositions les plus rémunératrices », regrette Marie Sabot.

Les festivals français ne peuvent plus suivre face à leurs confrères européens, qui déboursent sans sourciller des cachets faramineux, alimentant cette spirale haussière. Ces derniers se le permettent pour trois raisons : ils ont des billets vendus plus cher, des jauges plus importantes, mais profitent aussi d’un sponsoring financé par des groupes d’alcool ou des cigarettiers – ce qui est interdit dans l’Hexagone depuis la loi Evin.

Et cette concurrence féroce, jusqu’alors cantonnée à l’Europe, devient planétaire, souligne Arnaud Meersseman. En témoignent la création de Lollapalooza en Inde en 2023 ou des festivals qui éclosent comme des champignons en Amérique du Sud et en Corée du Sud.
Le modèle économique n’est pas sain, affirme le patron d’AEG en attaquant tout de go son grand rival, Live Nation, présent de A à Z dans la filière, entre le management des artistes, les salles de concerts, les festivals et la vente de tickets. Selon lui, son compétiteur « écrase la concurrence grâce à son modèle intégré de billetterie », qui lui permet de surenchérir à des niveaux très hauts pour obtenir des artistes, entretenant ainsi cette spéculation. Mais AEG, qui gère des salles, des artistes et des festivals, fait un peu de même… Jusqu’à ce que la bulle éclate ?
Nicole Vulser
"Le rock français, c'est comme le vin anglais." (John Lennon)
Avatar de l’utilisateur
dave1er
 
Messages: 7601
Inscription: 24 Sep 2005, 11:22
Localisation: Babylone

Re: Le billet de concert devient un produit de luxe?

Messagepar dave1er » 30 Mai 2023, 21:31

Juste pour le fun, vous saviez que Beyoncé vend des tickets « Carré Or à visibilité réduite » ?
Un concept innovant.
Et encore plus rigolo, c’est au même prix que les Carré or.
Fichiers joints
IMG_8642.jpeg
IMG_8642.jpeg (45.31 Kio) Vu 1511 fois
"Le rock français, c'est comme le vin anglais." (John Lennon)
Avatar de l’utilisateur
dave1er
 
Messages: 7601
Inscription: 24 Sep 2005, 11:22
Localisation: Babylone


Retourner vers All of These things and more

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités